Bye bye à la dictature du summer body

fcc0f0c9f02e3a004c133c7acc641748.jpg


A l’époque où “body positivity” est un terme utilisé sans fin dans une tentative de nous émanciper du conditionnement patriarcal nous ayant appris que plus mince t’es, mieux c’est ; les femmes continuent tout de même à chercher à obtenir le corps d’été parfait que nous vend la culture du régime. Et si on attend l’été toute l’année, la fin de cette saison met également un terme à la pression d’afficher un corps parfait qui va de paire avec. 

“Are you beach body ready ?* ” : voici l’infâme slogan de la campagne Protein World de 2015, dont la grossophobie utilisée pour promouvoir leurs produits a été fortement critiquée. En effet, en promouvant des standards de beauté irréalistes, la campagne visait en réalité les personnes grosses, les faisant se sentir physiquement inférieures afin qu’elles achètent les produits amincissants de la marque. 

S’il y a un moment dans l’année pendant lequel ce conditionnement est particulièrement présent, c’est bien l’été. Cette saison est encore dans nos esprits liée au port du bikini afin de s’exposer au soleil sur la plage - et cela est à l’origine de sentiments quelque peu contradictoires. 

Compter les jours jusqu’au moment officiel du “Out of office” est aussi excitant que stressant pour les femmes qui ont assimilé depuis très jeunes que pour porter un bikini, il faut au préalable perdre quelques kilos. La société a muni les femmes plus grosses d’une liste de ce qu’elles peuvent ou ne peuvent pas porter, de ce qui les met en valeur ou non, de ce qui les amincit. Ces dernières sont en retour critiquées dès qu’elle daignent sortir de ce cadre préalablement établi pour elles. Et malgré nos tentatives de promouvoir l’acceptation de tous les types corps, l’idéal du corps mince est encore et toujours mis en avant par les marques, célébrités et influenceurs - et poursuivi par les femmes de toutes morphologies.  

L’été est devenu presque intrinsèquement associé à l’idée de perte de poids en vue des vacances, et pour beaucoup, l’idée de s’exposer au soleil en bikini n’est pas une option, étant donné les notions patriarcales du “corps parfait” qui nous ont poussé à croire que les bikinis étaient réservés aux filles minces. Et si ton corps ne rentre pas dans cette catégorie, deux options se présentent : perdre du poids ou faire une croix sur les maillots de bain deux pièces. 

L’hiver en revanche, est associé à la possibilité de manger à sa faim - il suffit de regarder Noël par exemple et tous les memes autour du “winter body**” qui tournent sur internet. 

Si il y a un parallèle évident entre le nombre de couches de vêtements portées à chaque saison et les attentes générales sur l’apparence de nos corps, la fin de la saison du  “bikini body ***” peut être un vrai soulagement pour ceux et celles qui souffrent de la pression exercée sur l’apparence de leur corps. 

Notre relation paradoxale à l’été, la saison la plus attendue de l’année avec son lot de plages et paréos, mais qui est également la période durant laquelle nos insécurités sont poussées à leur paroxysme par les idéaux sociétaux, font que finalement, beaucoup de femmes soufflent quand Août arrive à son terme et se réjouissent de pouvoir de nouveau manger et porter ce qu’elle veulent. 

Alors, au-revoir à toi été, en espérant que l’an prochain, nous pourrons profiter de ce que tu offres, la pression en moins. 

par Ruby McAuliffe, traduit de l’anglais par Jessica Ayinda

*Alors, prête pour la plage? // ** Corps d’hiver // *** Corps d’été

SUIVEZ NOUS !