Puis-je laisser un mec payer pour le resto tout en me sentant indépendante ?

SLAE Magazine female empowerment

Attention : cet article est basé sur une dynamique présente dans les relations hétérosexuelles, entre deux personnes n’étant pas en couple.

Le combat pour l’indépendance féminine a commencé bien avant l’émergence de tous les comptes  Instagram féministes sur lesquels je tombe tous les jours. C’est la manière dont fonctionnent la majorité des algorithmes des réseaux sociaux : plus on interagit avec un type de contenu, plus on en a sur son feed. Si les mouvements prônant l’indépendance des femmes ont vu le jour bien avant l’apparition des smartphones, partager leurs idées est néanmoins devenu plus simple grâce à Instagram, Facebook et tutti quanti. Cela explique à quel point l’idée d’émancipation féminine est devenue populaire auprès des jeunes femmes et pourquoi cela est aujourd’hui le pré-requis de toute meuf qui se revendique comme “forte et indépendante”. 

Dans la plupart des couples hétérosexuels du 20ème siècle, l’homme était celui qui subvenait aux besoins du foyer. Si nos générations ont moins tendance à adopter certaines règles hétéro-normées lorsqu’il s’agit de qui doit proposer un rencard, ou qui initie les rapports sexuels, nous avons tout de même tendance à traîner l’idée selon laquelle l’homme doit assurer financièrement et être capable de payer la note. Et les femmes, non seulement sont supposées trouver cela normal mais elles ont  aussi appris à considérer tout homme adoptant ce comportement comme rassurant et digne d’intérêt. Mais qui oserait nous jeter la pierre quand durant toute notre enfance, notre imaginaire a été nourri par des films et livres dans lesquels les hommes “bien” remuent terres et mers pour leur femmes, comblant tous leurs besoins et envies. Il y a encore deux semaines je “binge watchais” Sex & the City, et n’ai pu m’empêcher d’être choquée par ces quatre femmes pour qui il est normal que le mec avec qui elles sortent paye pour leur dîner.

Mais il semble que cette époque soit révolue : afin de revendiquer son pouvoir en tant que femme, il est nécessaire de s’assumer financièrement, payer ses fringues et ses vacances seule, comme une grande. L’indépendance financière est perçue comme le moyen suprême de déjouer l’emprise qu’a sur nous la gente masculine. Vous vous souvenez de Pretty Woman? Et bien on oublie! De nos jours, on aurait plutôt eu tendance à garder le taff de prostituée car ce dernier nous aurait au moins donné cette indépendance à laquelle on s’accroche si fermement. Après tout, pourquoi délaisserions nous cette source de fierté pour laquelle tant de femmes se sont battues? 

Prenons l’exemple d’un premier rendez-vous entre deux personnes hétérosexuelles. Dans la majorité des cas, les hommes auront le réflexe de vouloir payer, car le modèle du prince charmant est tout aussi engrené dans leurs esprits que dans le nôtre - sinon plus. D’autre part, les femmes de notre génération ont le besoin de se sentir en position de force/équité, surtout dans leur travail et relations avec les hommes. Nous avons mis les contes de princesses au placard et cherchons à présent l’inspiration dans des figures de femmes fortes et sûres d’elles. Et pour beaucoup, l'empowerment passe par l’indépendance financière, ou du moins c’en est la première étape. De plus, laisser un homme payer va parfois de paire avec une certaine pression sexuelle: combien de mecs pensent encore qu’ils peuvent obtenir les “faveurs” d’une femme simplement parce qu’ils ont payé pour le resto. 

Si l’on prend tout cela en considération, laisser un mec payer pour ses verres peut déclencher des mécanismes de défense, car perçu comme une perte de pouvoir ou tentative de l’autre d’avoir une emprise sur soi. 

Cela étant, que ce soit parmi mes amies ou moi-même,  je remarque que lorsqu’un mec ne propose pas de payer, il est immédiatement vu comme un loser, un raté. En réalité, ce que nous voulons, c’est un mec qui offre de payer - ce afin d’avoir l’occasion de refuser avec fierté et de donner notre propre carte au serveur. En gros “je peux gérer, merci bien”. Cela fait-il de nous des hypocrites ou avons nous simplement l’impression d’avoir constamment quelque-chose à prouver? Réponse B Jean-Pierre. Nous avons appris plutôt brutalement que nous devions nous faire une place et démonter le système patriarcal qui nous régi, et cela nous pousse à vouloir démontrer à quel point nous sommes fortes et indépendantes - et ce à la moindre occasion.

Je ne dis pas qu’il faille accepter de se faire tout payer, mais peut être essayer de ne pas voir ces situations comme le seul moyen de s’affirmer - il y en a plein d’autres. Se sentir indépendante passe aussi par la confiance en soi et par le fait de savoir que l’on n’a pas besoin d’un quelconque date pour se payer un resto - ou quoi que ce soit d’ailleurs.

par Jessica Ayinda

SUIVEZ NOUS !