Facetune : la retouche photo va-t-elle trop loin?

Fût un temps où l’utilisation de photoshop pour changer l’apparence d’un corps sur une photo était une compétence sur laquelle il fallait se former - sans oublier les logiciels onéreux qu’il fallait acquérir pour ce faire. Avec Instagram est arrivée la possibilité d’ajouter des filtres à ses photos, ce qui reste inoffensif car il s’agit simplement de retoucher les couleurs et l’aspect général d’un cliché. Une étape importante cependant, a été l’arrivée des filtres Snapchat : il est vrai que les filtres chiot et couronne de fleur sont sympas, mais ces derniers ont aussi été les premiers à modifier l’apparence du visage de la personne qui les utilisait, lui prodiguant un peau lisse, de plus longs cils ainsi qu’un nez plus fin dans certains cas. Et si ces filtres étaient là pour nous amuser, une certaine addiction à leur utilisation était déjà remarquable auprès des jeunes générations.

Mais à présent, le business de la retouche va plus loin avec l’application Facetune. Si pendant longtemps la retouche photo était réservée à un public de professionnels, Facetune a complètement démocratisé la pratique. Il n’est désormais plus nécessaire de passer de longues heures derrière l’écran de son ordinateur : changer son apparence n’est maintenant qu’à un clic. Il n’est un secret pour personne que les réseaux sociaux (Instagram surtout) sont la scène d’une diminution de l’estime de soi de ses utilisateurs, ce dû à des comparaisons constantes. Aspirer à avoir un corps parfait, un visage sans défaut et vouloir le montrer au monde entier est devenu une affaire de la plus haute importance auprès des Génération X et Y - et Facetune offre cette possibilité.  L’application est utilisée par tant de célébrités et d’influenceurs qu’il est maintenant devenu normal d’augmenter la taille de sa poitrine et ses fesses. Il n’est bien sûr pas surprenant que les membres de la famille Kardashian soient des utilisateurs réguliers. Cependant, de récents scandales démontrant que Kim (et d’autres) utilisait l’application pour changer le physique de ses enfants ont éclatés, mettant au grand jour les dérives que Facetune peut provoquer.

C’est une des applications les plus téléchargées sur l'app Store (elle a été pendant 1 501 jours N°1 des applications payantes), cela affichant clairement la nature mainstream de son utilisation. Avec Facetune, on ne se limite plus à donner de l’éclat à sa peau ou épaissir ses sourcils : l’application permet d’affiner la taille, remonter les joues, raccourcir ses bras et ainsi de suite.

side-by-side-photoshop.jpg

Et l’endroit on l’où retrouve les résultats de cette utilisation est bien sûr Instagram. Depuis des années, la plateforme est devenue un vrai étalage de la dysmorphie de milliers de filles et garçons. Mais quelles sont les conséquences de l’utilisation d’une telle application?

Tout d’abord, nous pouvons observer une certaine addiction, chose dont ont témoigné beaucoup d’influenceurs et Youtubers. Une fois que l’on a commencé à utiliser Facetune et ainsi habitué son audience ainsi que soi-même à voir une image de soi qui n’a rien à voir avec la réalité, comment faire marche arrière ?

Nous avons tous (ou presque) quelque chose que nous souhaiterions changer sur notre apparence - c’est un fait.  Mais si la modifier sur une photo peut créer un sentiment d’assurance sur le moment, déformer la réalité n’encourage pas l’acceptation de soi et ne fait que dégrader l’estime personnelle. Mettre du maquillage est une chose (même le contouring le plus pointu) mais se modifier afin de partager une image idéalisée et fausse de soi est encore différent. Car c’est là où se situe le problème : modifier à ce point une photo ne permet pas de se sentir beau/belle (comme peuvent le faire le maquillage ou les fringues), il s’agit ici de diffuser une version non réelle de soi aux autres dans la recherche d’une validation. En effet, il y a des cas où certaines personnes ne se ressemblent presque plus suite à l’utilisation de l’application.

Est-ce une nouvelle forme digitale d’anorexie? Ne pas être capable de se voir en photo comme on est au point de changer sa propre image. Si ici la santé physique n’est pas atteinte, la santé mentale elle n’en ressort que dans un état pitoyable. Il est étonnant de voir que malgré tous les mouvements promouvant une beauté naturelle (avec notamment tous ces youtubeurs se filmant sans maquillage etc.) nous devions encore faire face à ce genre de problématiques. Une fois de plus, il est nécessaire de se détacher de ce monde digital et de comprendre que de changer son image n’apporte rien de positif sur le long terme. Bien au contraire, utiliser ce type d’application, c’est se créer une prison digital et s’y enfermer de l’intérieur.

par Jessica






OPINIONJessica Ayinda