A toutes ces femmes fortes des séries télévisées

 
Illustrator unknown.

Illustrator unknown.

Il y a dans toutes les séries TV des types de personnages spécifiques : la fille riche insupportable qui est en réalité bouffée par le manque de confiance en elle, le mec parfait qui, malgré ses airs un peu simplets est en fait une personne intéressante, le personnage excentrique  qu’on déteste au début mais finit par adorer après quelques saisons. Ce sont les personnages récurrents de la série américaine de base. Et même si ce schéma a tendance à être irritant parfois, il est simple, efficace et indispensable au fonctionnement de beaucoup séries. Nous avons appris à aimer ce modèle  et surtout, avons appris à attendre de chaque type de personnage, un comportement spécifique. Mais il y a une famille de personnages dont on oublie parfois de parler et dont le comportement n’est pas toujours si prévisible : la femme/fille forte. Celle qui a besoin de contrôler chacun des aspects de sa vie , qui planifie absolument tout et ne laisse rien au hasard. Au premier abord, elle est souvent perçue comme arrogante mais c’est aussi celle sur qui les gens peuvent se reposer et elle se révèle toujours être quelqu’un d’ inspirant, et ce sur différents aspects. Nous faisons références aux Blair Waldorf, Lynette Scavo et Miranda Hobbes du petit écran. Elles ont tendance à être oubliées en faveur de personnages féminins plus facilement appréciables, que les scénarios mettent plus souvent en avant.  Nous sommes donc là pour les honorer car elles véhiculent un paquet de valeurs importantes.

Elles sont ambitieuses

Ces femmes fortes savent ce qu’elles veulent, et sont prêtes à l’obtenir. Elles travaillent dur, ont des plans de carrière solides et savent ce que s’investir pour atteindre son but implique.  Alors que les centres d’intérêt de Serena VanDer Woodsen (Gossip Girl) se limitent à sortir les soirs de semaine et séduire le maximum de mecs possible, Blair elle, planifie son futur et aspire à être une femme de pouvoir. Que ce soit son admission à l’université ou l’obtention ses stages, elle les a obtenus à la sueur de son front. Elle a aussi la mauvaise habitude de s'immiscer dans la vie d’autrui mais cela ne fait que montrer à quel point elle aime tout contrôler. Même chose pour Rachel (Glee) qui, malgré le fait d’être dotée d’une voix magnifique, est celle qui travaille le plus afin de réaliser son rêve. Pourtant, en tant que spectateur, on perçoit principalement le côté horripilant de sa personnalité :  elle ne manque jamais une occasion de donner son avis, parvient toujours à se mettre en avant et véhicule ainsi une image de personne égocentrique. Mais pour être honnête, malgré tous ses défauts (et elle en a un paquet) elle mérite d’être la star de la série. Parce qu’elle est motivée, exigeante envers elle même et prête à faire ce qu’il faut pour obtenir ce qu’elle veut - même s’il serait nécessaire qu’elle soit remise à sa place de temps en temps. Michaela (How to get away with murder) ne s’est pas retrouvée dans la classe très sélective d’Annalise par hasard: elle l’a mérité. Elle ne vient pas d’une famille riche : elle a travaillé dur pour en arriver là et ne compte pas s’arrêter - vous pouvez donc comprendre pourquoi cette histoire de meurtre n’est particulièrement pas arrangeante pour elle.

Toutes ces femmes ont obtenu ce pour quoi elles ont travaillé et ont assez confiance en elle pour connaître leur juste valeure. Elle ne se contentent pas de moins que  ce qu’elles ont prévu d’obtenir et c’est une (très) bonne chose. Ce qui m’emmène au point suivant.

Elles sont fortes et indépendantes

C’est une chose de chanter la célèbre chanson Independant woman des Destiny Child (“La voiture que je conduis, je l’ai achetée, parce que je ne compte que sur moi”) mais c’en est une autre d’agir en tant que telle. Susan (Desperate Housewives) ne travaille pas mais s’offusque tout de même quand son ex mari Mike lui explique ne pas pouvoir payer pour l’école privée dans laquelle elle veut mettre leur fils MJ - même si Mike se tue nuit et jour au travail. Pendant ce temps, Lynette s’occupe de ses cinq enfants après avoir travaillé dans la publicité pendant des années et ce à un haut poste, et elle se débrouille quand même pour préparer le dîner à l’heure pour toute sa famille. C’est ce que l’on appelle avoir une force mentale en béton. Et elle ne se plaint que rarement, et fait à peine savoir quand la situation devient compliquée pour elle - ce qui peut être un problème car elle ne se laisse compter sur personne d’autre qu’elle même. Elle est un exemple de solidité et montre qu’une femme peut faire absolument ce qu’elle désire : Lynette est à la fois une mère, une épouse et une femme d’affaire capable de subvenir aux besoins de sa famille - et elle ne laisse personne d’autre qu’elle la définir. De son côté, Robin (How I Met Your Mother) se concentre sur elle, sa carrière et ses cinq chiens. Elle se suffit à elle même et n’a besoin de personne pour se sentir épanouie. Même lorsqu’elle tombe amoureuse, elle ne se perd pas dans sa relation. En effet, dès lors qu’elle sent que son partenaire tente de la changer ou qu’elle va devoir renoncer à ses rêves pour le bien de la relation, elle prend la sortie la plus proche. Cela exprime à quel point elle est sa propre priorité.

Elles cherchent à s’améliorer

Évoluer est en général un bon signe, car cela témoigne d’une capacité à se questionner et est une preuve d’amélioration personnelle. Et nos femmes fortes du petit écran maîtrisent cet art à la perfection. En dépit de leur besoin irrésistible d’être constamment en contrôle de tout à chaque instant, elles travaillent sur cet aspect de leur personnalité et parviennent à être plus ouvertes  et flexibles. En effet, vouloir exercer en permanence un contrôle sur soi peut être la manifestation d’un mal être plus profond. Par exemple, Miranda (Sex & the City) apprend progressivement à se reposer sur ses amis et sur Steeve , qu’elle a longtemps rejeté dès qu’elle sentait qu’elle commençait à dépendre de lui. Parce que son fort besoin d’indépendance a fini par lui rendre l’attachement effrayant. Néanmoins à la fin de la série, elle n’a plus peur de solliciter l'aide de ses proches.

Mais elles restent cependant humaines

Un des intérêts de ces personnages est de contrebalancer un personnage à la personnalité opposée. Et c’est de là que vient souvent leur réputation négative : ces femmes fortes sont d’emblée comparées aux Susan Mayer, Carrie Bradshaw et Lily Aldrin qui elles paraissent plus gentilles, plus douces et approchables. Elles sont “ les gentilles”, les femmes malléables approuvées par la société. Les femmes qui ont soif de succès (ou qui simplement sont leur propre priorité) sont toujours représentées comme froides, voire méchantes - tant dis que celles qui correspondent aux attentes de ce que doit être une femme (délicate et agréable) sont plus facilement mises en lumière. Cependant au final, ces femmes à l’apparence glaciale sont souvent les plus humaines et les plus sensibles. Elles sont des personnages  plus complexes et intéressants car il y a en elles vraie matière à creuser. Il y a souvent beaucoup de vulnérabilité cachée sous cette carapace et il est toujours plus passionnant de découvrir des facettes différentes d’un personnage tout au long d’une série, plutôt que de tout déceler en un coup d’oeil. Il n’y en a-t-il pas assez de voir ces filles dont les seuls intérêts sont le shopping et les mecs? Merci pour le cliché.

Depuis toujours, les femmes qui cherchent la validation à travers le regard masculin, qui obtiennent les choses parce qu’elles sont jolies ou qui se contentent de ce que la société veut bien leur accorder semblent être récompensées par les scénaristes de séries TV. Mais les choses commencent à changer et de plus en plus de figures féministes voient le jour  : les figures féminines fortes de Game of Thrones sont mises en valeur, voire magnifiées - que les personnages soient du bon ou du mauvais côté (salut Cersei ! ). Le série Girl Boss célèbre l'entrepreneuriat féminin and The Handmaid’s Tale glorifie la force de la solidarité féminine et parvient avec brio à lier grossesse, beauté et pouvoir. De plus en plus, les séries TV ré-évaluent l’expression de la féminité afin de la rendre plus belle. Inspirant ainsi avec beauté la “génération Netflix”. Et c’est déjà pas mal.

by Jessica

 
 
SÉRIESJessica Ayinda